Des canaris dans les charbonnages

février 2, 2015

Suite à l’assassinat de quatre juifs dans un magasin casher à paris le mois dernier, les commémorations du septantième anniversaire de la libération du camp d’Auschwitz, par les troupes soviétiques, la semaine dernière, étaient remplies d’une émotion spéciale.

Alors qu’une poignée vieillissante de survivants des camps revisitèrent la scène d’un des plus grands crimes de l’histoire – où 880.000 Juifs furent impitoyablement exterminés – ceux-ci ont dû être perturbés par la citation familière de George Santayana affichée sur un mur de baraque : ‘Celui qui ne se souvient pas de l’histoire est condamné à la revivre.’

Car, tout comme Lord Jonathan Sacks l’a récemment averti, ‘jamais plus’ est devenu ‘une fois de plus’. Dans un article du Wall Street Journal, publié en octobre dernier, Rabbi Sacks décrit une appréhension du retour de l’antisémitisme en Europe, ce qu’il n’a pas connu dans le courant de sa vie, dans la mémoire vivante de l’Holocauste. Ceci devrait inquiéter tous les européens, écrit-il, et non seulement les Juifs. Car la politique de haine qui commence avec les Juifs ne se termine jamais avec les Juifs. L’antisémitisme est le signal d’alarme précurseur d’une société en danger.

‘Les Juifs sont les canaris des charbonnages’, expliqua Warren Goldstein, rabbin en chef d’Afrique du Sud, dans le Jerusalem Post, après les récents attentats de Paris : ‘si les Juifs, en particulier, sont dans la société comme les canaris, chantants et florissants, alors tout va bien. Si pas, c’est alors c’est un avertissement précurseur d’un danger qui arrive. Le monde devrait tenir compte de la position des Juifs pour évaluer le niveau de danger de la société civile.’

Avenir en Europe?

Lord Sacks cite des événements de l’an dernier pour souligner son appréhension : ‘En France, des fidèles d’une synagogue ont été entourés par une foule hurlant et protestant contre la politique israélienne. À Bruxelles, quatre personnes ont été assassinées au Musée Juif, et une synagogue a été incendiée. À Londres, un supermarché important a dit s’être senti forcé de retirer de la nourriture casher de ses rayons par peur que cela provoquerait une émeute. Un théâtre londonien a refusé de projeter un film juif parce que l’événement a reçu une petite subvention de l’ambassade israélienne.’ Et tout cela avant le dernier attentat à Paris.

Des Juifs britanniques, bien installés, ont dit au Rabbi Sacks que, pour la première fois dans leur vie, ils ont peur. Un Juif d’Europe sur trois a pensé à émigrer à cause de l’antisémitisme, écrit-il, et presque la moitié de ceux de France et d’Hongrie. Beaucoup de Juifs se demandent calmement s’ils ont un avenir en Europe.

Goldstein voit les assassinats sauvages contre Charlie Hebdo et des Juifs du supermarché casher comme profondément connectés. Une société, au sein de laquelle les Juifs ne sont pas en sécurité, n’est pas sûre pour les journalistes, pour la liberté ou pour toutes valeurs de décence humaine. Si les Juifs ne sont pas en sécurité en France, insiste-t-il, alors l’avenir même de la France est en péril, tout comme l’avenir du monde civilisé. Les nombreuses attaques contre la communauté juive française sont toutes des signes précurseurs de la menace létale posée par l’Islam radical.

Sacks reconnaît que l’Europe d’aujourd’hui n’est pas l’Allemagne des années 30, en citant les récentes dénonciations d’antisémitisme de la part d’Angela Merkel en Allemagne et de David Cameron en Grande-Bretagne. Cependant, il croit que ce qui se produit est néanmoins immensément significatif. L’antisémitisme a toujours été résolument contre les Juifs. Ils en sont ses victimes et non sa cause. Les Juifs n’ont pas uniquement souffert sous Hitler ou Staline. Les Juifs ne sont pas les seuls à souffrir aujourd’hui sous le joug de leurs successeurs, les islamistes radicaux.

Politique de la haine

Des chrétiens et d’autres minorités religieuses du Moyen-Orient, de l’Afrique subsaharienne et de régions d’Asie sont aussi attaqués. Dernièrement, les libertés démocratiques occidentales font face à des attaques. L’Europe même serait repoussée dans l’Âge sombre si les attaques ne sont pas arrêtées, met-il en garde.

L’antisémitisme a toujours historiquement été l’inhabilité à créer l’espace pour les différences au sein des peuples, qui sont les fondements essentiels pour une société libre, écrit Sacks. C’est pourquoi les politiques de haine prennent d’assaut les chrétiens, les Bahaïs, les Yézidis et beaucoup d’autres dont les musulmans du mauvais camp de la barrière sunnite/chiite, ainsi que les juifs.

Pour combattre cela, nous devons nous tenir ensemble, peuples de toutes religions et d’aucune, conclut Sacks. L’avenir de la liberté est en danger et c’est la bataille primordiale du 21ème siècle.

Goldstein fait aussi appel à une alliance mondiale des peuples de toutes religions et tous pays pour défendre la civilisation humaine contre la barbarie djihadiste. Juste avant et après les attentats de Paris, deux mille personnes étaient massacrées par Boko Haram ; ensuite des filles de dix ans étaient envoyées comme bombes suicides pour attaquer les marchés de Postikum au Nigéria ; et des barbares ont massacré plus de deux cents enfants à Peshawar au Pakistan. Ces attaques, écrit-il, constituent le grand danger et la maladie d’un mouvement brutal et sauvage qui menace toute personne civilisée à travers le monde.

Jamais plus ?

 


À la semaine prochaine,

Laisser un commentaire

Inscrivez vous pour Pensee de la Semaine