La famille est encore importante

février 16, 2015

La semaine du mariage est terminée et la Saint-Valentin aussi. Mais maintenant, les travaux commencent. Car améliorer les relations matrimoniales et les relations familiales est une tâche quotidienne sans fin.

C’est un réel défi dans le contexte des changements majeurs qui prennent place dans le domaine de la famille pour les générations récentes. Nous entendons souvent parler du déclin du taux de nuptialité, de l’augmentation du taux de divorce, de la normalisation de la cohabitation, de la légalisation du mariage homosexuel et de la chute du taux de natalité. Tout ceci a réduit le foyer européen moyen à simplement 2,4 personnes.

Malgré ces changements, les données rassemblées par le European Values Study suggèrent que les attitudes européennes envers la famille restent, de manière surprenante, conservatrice. Une majorité écrasante préfère encore le style de vie ‘marié, avec enfants’, malgré la libération des années 60, l’émancipation et l’individualisation.

En fait, la famille garde une importance extrême pour les gens. Selon l’EVS, 84% des européens pensent que la famille est très importante, deux fois plus que ceux qui pensent que les amis sont très importants.

La plupart des européens croient que les parents devraient faire de leur mieux pour leurs enfants, même si cela devait leur coûter leur propre bien-être. Et tout comme les récentes méga-marches en France l’ont démontré, la plupart croient encore que le père et la mère sont nécessaires pour la croissance heureuse de l’enfant.

Petits anges

Les enfants posent des limites à l’individualisme, semble-t-il. Là où il y a des enfants, les gens abandonnent leur comportement individualiste en faveur de modèles de famille traditionnelle. La recherche EVS conclut que les enfants et leur bien-être sont devenus des questions importantes, si pas les plus importantes, du domaine de la famille.

En fait, le centre de gravité de la famille s’est déplacé du père vers l’enfant. L’image des enfants a changé: ils sont devenus des ‘petits anges’, demandant et méritant d’importants investissements et un engagement émotionnel intense de la part de leurs parents.

Ceci si les parents ont des enfants. Mais aujourd’hui, avoir des enfants est devenu optionnel. Ils ne sont plus une nécessité économique, une réserve pour les vieux jours ou un devoir envers Dieu ou la société. Avoir des enfants, et en quelle quantité, est du domaine du choix personnel et libre, influencé par la disponibilité des contraceptifs et de l’émancipation sur la place publique.

Selon les éditeurs de l’Atlas of European Values[1], la publication de l’EVS, l’individualisation est la force motrice derrière ces changements. Des valeurs promouvant l’autonomie, la vie privée, l’auto-actualisation et le bonheur personnel mettent sur la touche des valeurs plus collectives. Par exemple, l’obéissance, qualité importante que l’enfant doit acquérir à la maison, perd du terrain par rapport à l’indépendance, selon les éditeurs de l’atlas.

Attractif

Nous pouvons être sûrs que le mariage et la famille continueront à façonner la société européenne, malgré les variantes proposées de nos jours. Ni le mariage, ni la famille, ne sont la ‘propriété’ de l’église ou du ‘Christianisme’ ; les deux existent depuis bien avant que Jésus ne foule cette planète. Le ‘mariage’ malsain entre l’église et l’état, à travers les siècles, engendra beaucoup d’abus dans le rôle de l’église, en contrôlant la vie des gens et les mariages.

Sa responsabilité est d’enseigner et de proclamer, plutôt que de forcer les comportements. Luther et Calvin soutenaient que le mariage était une condition naturelle soumise aux lois naturelles, aux principes qui sont vrais à cause de la condition humaine, et non à cause d’impératifs moraux. Les croyants devraient vivre des vies fidèles à l’alliance du mariage, afin de rendre l’enseignement chrétien attractif.

« Le fait que nos concitoyens européens continuent d’apprécier la famille comme la chose la plus importante, bien plus que les amis, le travail, les loisirs, la politique ou la religion, devrait nous faire réfléchir », observe Jim Memory dans le bulletin missionnaire Vista.

« Il est peut-être encore temps de considérer ce que la ‘mission des familles’ peut signifier pour l’Europe du 21ème siècle » propose-t-il.

[1] Halman, Sieben, van Zundert, Atlas of European Values, Biggleswade: Brill, 2011, p.35: illustré graphiquement en presque 200 graphiques, diagrammes et cartes informant sur la diversité des valeurs et des croyances au sein de plus de 800 million d’européens vivant à l’intérieur et à l’extérieur de l’Union Européenne aujourd’hui.


À la semaine prochaine,

Laisser un commentaire

Inscrivez vous pour Pensee de la Semaine