Mûr sous nos yeux

mai 15, 2017

Un des champs missionnaires, les plus mûrs en Europe aujourd’hui, se trouve juste en-dessous de notre nez. Mais trop peu d’églises et de ministères adaptent leurs priorités et leurs plans pour récolter la moisson.

Récemment, ma femme et moi passions en voiture dans un nouveau quartier résidentiel de Bois-le-Duc, une ville traditionnellement catholique aux Pays-Bas, et étions stupéfaits de voir autant de statues de bouddha dans les jardins. Dans notre ville voisine, par ailleurs typiquement néerlandaise, un bouddha plus grand que nature se trouve dans le jardin avant d’une maison au bord de la route principale. Remarquez combien de statues ou de pièces murales de bouddha sont en vente dans les jardineries locales, ou dans les centres d’équipement pour la maison, ou dans les magasins de cosmétiques offrant des ‘rituels’ décorés par des bouddhas. Nous assistons à un changement subtil mais important dans les valeurs spirituelles.

Cela ne devrait pas nous surprendre. C’est le résultat du rejet de la religion organisée en Europe occidentale. Le sécularisme ne remplissant pas le vide spirituel, beaucoup se tournent vers une spiritualité aux goûts orientaux, suivant l’exemple des stars hollywoodiennes comme George Clooney et Richard Gere.

L’hebdomadaire néerlandais, Elsevier, publiait une couverture sur ce phénomène il y a quelque temps, affirmant qu’environ un Néerlandais sur quatre se considère  comme ‘spirituel mais pas religieux’ ; ce qui signifie qu’ils ne vont pas à l’église ou à la mosquée mais s’engagent dans certains rituels spirituels de leur propre choix. Un sur quatre ! Selon le magazine, cela était plus que tous ceux qui revendiquaient une affiliation ‘religieuse’.

Ceci devrait sûrement exiger un changement majeur dans la stratégie de mission de nos églises locales et de nos dénominations. Mais reconnaissons-nous ce défi et cette opportunité ?

Changement de mission

Jari Koivu, originaire de Finlande, est quelqu’un qui se rendit compte du potentiel de ce champ missionnaire, il y a plus de dix ans, lorsqu’il participa à une « Consultation sur l’évangélisation dans un nouvel âge » que nous avions organisée à Bâle, en Suisse. Les praticiens, déjà impliqués dans un ministère auprès des chercheurs spirituels, se sont mêlés à d’autres qui venaient pour apprendre et recevoir une nouvelle direction.

Jari raconte sur son site web comment sa femme Tanya et lui, alors basés à Chypre, décidèrent, suite à cette consultation, d’explorer ce nouveau type de sensibilisation missionnaire. Ils ont reconnu que la spiritualité alternative n’était plus un phénomène marginal.

De nouveaux mouvements spirituels se répandent et offrent guérison & bien-être, aussi bien que des expériences ésotériques.

L’année suivante, ils déménagèrent au Canada où leur ‘changement de mission’ est depuis devenu un réseau international visant à amener l’amour et la puissance de Jésus dans les foires spirituelles en Europe et en Amérique du Nord. Leurs équipes ont exercé leur ministère dans beaucoup d’expositions de santé holistique et de spiritualité alternative, avec des centaines de personnes devenant des disciples de Jésus et beaucoup de témoignages de guérisons.

Ce dimanche 21 mai, Jari et Tanya seront à Heerde, aux Pays-Bas, pour organiser un séminaire ’Carry the Light’ (Portez la lumière) conçu pour équiper des gens pour ce genre de travail. Il se tiendra au Centrum ‘s Heerenhof, Zwarteweg 10, Heerde, de 15 à 21 heures. Tous sont les bienvenus [15 € à l’entrée, rafraîchissements compris].

Il y a quelques temps, Jari me fit part d’un problème par écrit. Beaucoup recevaient une foi nouvelle en Jésus mais ne se sentaient pas reliés aux subcultures des églises existantes. Jari voulait entamer une toute nouvelle outre pour ces nouveaux croyants, mais était lui-même trop souvent en voyage pour être capable d’apporter le soin pastoral nécessaire. Que devrait-il faire ? C’est un sérieux problème !

Allées bloquées

Un autre problème que Jari connaît régulièrement, c’est que les Open Sky Café (Café ‘Ciel ouvert’) qu’il installe dans les foires du Nouvel Âge, attirent tellement de monde que les organisateurs le menacent de fermer son stand ; non pas parce c’est chrétien, mais parce que d’autres stands se plaignent que les allées soient bloquées. Jari prévient ses volontaires que les gens feront la queue pendant une heure afin que l’on puisse prier pour eux. La faim spirituelle qu’il rencontre à maintes reprises est si grande.

Comme pour tout groupe de personnes non atteint, la stratégie de mission requiert l’apprentissage d’approches de communication efficaces. Au lieu d’utiliser le jargon chrétien, Jari et son équipe ont cherché à utiliser le langage que les chercheurs comprennent, sans pour autant perdre le contenu biblique.

Comme le dit le pasteur de la Catch the Fire Fellowship (l’amitié ‘emparez-vous de ce feu’) à Toronto, Steve Long, sur le site de Jari, le défi aujourd’hui est que la plupart des gens ne viennent pas avec une perspective chrétienne. Ceux qui sont ‘spirituels’ ne pensent pas que la foi chrétienne a quelque chose à offrir, alors ils se tournent vers les genres mystiques et ésotériques. Le don de Jari, ajoute-t-il, est d’être capable d’équiper des personnes pour parler le langage des chercheurs spirituels.

Le professeur G.W. Brodland of Waterloo, Ontario, écrit comment Jari ‘donne à ses auditeurs la compréhension, les outils et le langage dont ils ont besoin pour sortir des mentalités traditionnelles’.

Greg Riddle, un pasteur missionnaire, décrit comment Jari équipe son église pour s’engager dans les foires ‘Esprit, corps et âme’, tant dans le sud de Chypre que dans le nord turc de Chypre. « Dieu agit, quelle que soit la culture », conclut-il.

Sommes-nous préparés pour ce ‘changement de mission’ ?


À la semaine prochaine,

Inscrivez vous pour Pensee de la Semaine