La croix redéfinie

mars 11, 2019

Les Européens ne peuvent pas échapper à la croix. Bien que, par familiarité, nous soyons devenus aveugles à la croix et au message surprenant qu’elle porte, on peut la voir presque partout.

Regardez autour de vous. Nous la voyons sur de nombreux drapeaux nationaux, sur des vêtements de sports nationaux, en tant que décorations autour du cou, sur les vestes en cuir des motards, sur les bâtiments, sur les flèches d’églises, sur les places des villages ou des marchés, en tant que tatouages, sur les enseignes des hôpitaux, sur les postes de premiers secours, sur les kits médicaux, dans les dispensaires, dans les cimetières, dans les sanctuaires en bordure de route, sur les emblèmes des couronnes, sur les symboles officiels, sur le papier à en-tête officiel, et bien plus encore !

Alors même que j’écris ceci depuis mon salon d’Amsterdam, je peux voir sur la façade de la Gare centrale les armoiries des villes avec lesquelles Amsterdam faisait du commerce; certaines arborant des croix. Un camion, avec une grande croix faisant la publicité d’une chaîne de pharmacie, vient juste de passer. Le drapeau rouge, noir et blanc d’Amsterdam, avec trois croix de Saint-André, flotte depuis l’hôtel voisin. Le point culminant de tous les bâtiments de mon champ de vision est la croix baroque sur le dôme de la basilique Saint-Nicolas. Les avions de la KLM survolent mon appartement pour atterrir à Schiphol et portent une croix sur la couronnes du logo de la compagnie.

Comme c’est étrange ! C’est un symbole d’un instrument romain cruel de torture et de mort. Comment est-elle devenue un emblème aussi célèbre dans le monde occidental ? Comment une croix est-elle devenue un symbole de guérison, d’espoir, de foi et d’identité ?

La réponse est : au travers d’un événement survenu il y a près de deux mille ans – la mort de Jésus de Nazareth. Cet événement, et seulement cet événement, a transformé cet effroyable dispositif d’agonie en une icône d’espoir, de nouveaux commencements, de restauration et de régénération. La croix a précédé la résurrection, le tournant de l’histoire. Bien entendu, nos calendriers datent toujours dela naissance de cet homme-Dieu destiné à cet événement décisif de l’histoire humaine.

Redéfini

Jésus a redéfini la croix pour toujours. Et l’identité de l’Europe a été façonnée par ce message de guérison, de pardon et d’espoir. De la Géorgie (dont le drapeau est composé de cinq croix) et l’Arménie (dont le paysage est parsemé de croix en pierre spécifiquement arméniennes) à l’Irlande (dont le paysage est également jonché de croix celtiques) et l’Islande et les Îles Féroé (dont les drapeaux suivent ceux des autres nations nordiques, tous avec des croix), le message de la croix fut finalement adopté par la quasi-totalité des peuples européens.

Malgré l’oubli délibéré de ces dernières années, c’est cette histoire, de l’homme qui est ressuscité après avoir été torturé à mort sur une croix, qui a été le facteur le plus déterminant qui a façonné la société et la culture de l’Europe. Il est impossible d’imaginer à quoi ressemblerait l’Europe si Jésus n’avait jamais vécu. Malgré les différences culturelles des peuples habitant la péninsule européenne, c’est ce qui a défini l’identité européenne.

La perte de cette identité est le problème fondamental des Européens et de l’Europe aujourd’hui. Dimanche soir, j’ai entendu le célèbre philosophe américain Francis Fukuyama parler de la politique d’identité et de la crise de la démocratie dans le monde occidental. Le populisme n’a pas seulement été le résultat de facteurs économiques et politiques, a-t-il expliqué. Il a beaucoup parlé du besoin de dignité, de respect et d’égalité et de la menace que beaucoup de gens ressentent comme une perte et un manque de respect. L’islamisme progresse, disait-il, auprès des Musulmans qui ne se sentent pas respectés, et la crise d’identité vécue par de nombreux jeunes musulmans d’Europe, a été à l’origine de leur radicalisation.

Mèche

Néanmoins, les Européens sont généralement confrontés à une crise d’identité qui provoque une crise de la démocratie dans tout le continent et au-delà. Une perspective séculariste, cependant, ne peut offrir une base suffisante pour l’identité, la dignité et l’égalité. Est-ce que cela peut vraiment venir d’un accident matérialiste de substance visqueuse-plus-temps à partir duquel tout a évolué d’une manière ou d’une autre, à partir de rien?

Comme le dit Larry Siedentop, lorsque Paul a déclaré qu’en Christ, il n’y a ni Juif ni non-Juif, ni homme ou femme, ni esclave ni homme libre, il a allumé la mèche pour une révolution de l’identité – non basée sur le statut de sang ou social, mais sur l’égalité morale devant Dieu, et créé à son image. Cette compréhension a conduit aux libertés qui ont fait de l’Europe l’Europe, avec une identité enracinée en Christ, quoiqu’exprimée imparfaitement dans les différentes formes de Christianisme au cours des siècles.

Le rejet de notre identité historique commune, en tant que peuples façonnés par l’histoire de Jésus, et la compréhension de notre identité en tant qu’enfants du même Créateur et Père de tous les humains, continue de menacer l’avenir du projet européen.

C’est pourquoi Robert Schuman a déclaré, dès le début de ce projet, qu’il lui fallait une âme : il ne pouvait s’agir simplement d’un projet économique ou technologique. Mais nous nous trompons lorsque nous nous attendons à ce que les politiciens restaurent cette âme. Ce n’est pas leur compétence. C’est un travail pour les communautés des croyants.


À la semaine prochaine,

Laisser un commentaire

Inscrivez vous pour Pensee de la Semaine