Visions d’étincelles

juin 25, 2019

Il y a quarante ans cet été, ma femme et moi, et notre petit garçon de huit mois, emménagions dans la maison à côté de notre bâtiment de blanchisserie nouvellement achetéà proximité du centre de formation d’Heidebeek,dans la campagne néerlandaise.

Qu’étions-nous censés faire avec ce bâtiment, nous n’étions pas encore certains à l’époque. Peut-être étions-nous simplement naïfs, mais dans notre compréhension, nous faisions un pas de foi, comme Abraham, ne sachant pas où cela nous mènerait.

Floyd McClung, qui avait acheté Heidebeek, une ancienne léproserie, quatre ans plus tôt, pour y établir un centre de formation de disciples, s’apprêtait à retourner vivre à Amsterdam pour nous laisser en charge de ‘la ferme’. Sur l’Arche, une péniche amarrée derrière la Gare Centrale d’Amsterdam, il avait auparavant dirigé l’œuvre de ‘Dilaram’, un ministère auprès des globe-trotters et des hippies.

Pour moi, la grande question était : est-ce que Dieu avait encore des desseins pour Heidebeek, après le départ du pionnier ? C’était une question que j’ai posédirectement à Dieu lors d’un court voyage pastoral en Allemagne : « Si tu as encore des plans pour Heidebeek, après le départ de Floyd et de son équipe de collaborateurs pour Amsterdam, s’il-te-plaît, donne-moi une confirmation directe. »

La confirmation arriva très rapidement. A mon retour d’Allemagne, Romkje me parla d’une visite de deux amies intercesseurs plus âgées qui lui ont dit que, pendant qu’ellespriaient pour nous et pour Heidebeek, elles se souvenaient avoir assisté à une réunion de prière quinze ans plus tôt. Une femme avait décrit la vision d’une boule de feu atterrissant dans le centre du pays, projetant des étincelles qui commençaient à fuser dans tout le territoire. Cela avait quelque chose à voir avec l’avenir d’Heidebeek, croyaient-elles.

Enregistrements

C’était encourageant, bien entendu. Mais ce n’était pas tout. Le jour suivant, nous avions organisé un souper pour plusieurs couples ayant soutenu Heidebeek dans les années pionnières. L’un d’entre eux était un pompiste local et sa femme, Mannus et Suze van Essen. Suze partagea quelque chose dont elle venait juste de se souvenir d’une réunion de prière quinze ans auparavant. Alors qu’elle commençait à décrire la vision qu’elle avait vue – la même vision – nous pouvions à peine en croire nos oreilles ! Deux jours d’affilée, la même histoire de la part de deux groupes de personnes sans relations entre elles, quinze ans après la réunion de prière originale, toutes deux relatant la vision de l’avenir d’Heidebeek ! Et moins d’une semaine après ma question à Dieu !

Samedi dernier, notre collègue Corrie Oosterhuis a organisé une journée de prière et de célébration pour marquer le dixième anniversaire du Jardin de Méditation Thomas a Kempis qu’elle et son équipe ont développé et entretenu dans l’hectare de boissituéderrière la blanchisserie (appelé Centrum ‘s Heerenhof depuis 1989, la cour du Seigneur). Pendant que nous célébrions, nous avons réalisé qu’il y avait en fait un quarantième anniversaire à célébrer également.

A travers des vidéos et des témoignages d’anciens Heidebeekers, nous avons entendu des récits sur les débuts de ministères qui s’étaient répandus comme des étincelles à travers le pays. Karen Lafferty et Belinda van de Loo ont parlé, via vidéo, du nouveau style de louange pour lequel le ‘s Heerenhof est devenu connu, et les ‘Concerten voor de Koning’ que nous avons organisés dans toutes les capitales provinciales, dans les années 1980. Nous avons chanté certains des premiers chantsde ‘Muziek voor de Koning’ enregistréssur cassettes, disques  microsillons et CD ; le ‘Chœur d’Heidebeek’(!) avait dirigé la louange lors des journées nationales de la jeunesse de la radiodiffusion évangélique ; nous avions aussi dirigé le premier programme télévisé néerlandais dans le genre‘louange’.

Journées de rapport

Bart Doornweerd a rappelé à quel point le ministère de John Wimber l’avait inspiré pour démarrer des séminaires ‘Le ministère dans la puissance du Saint-Esprit’, en commençant au ‘s Heerenhof, et réunissantdes milliers de personnes au fil des ans. A travers ces événements, Bart a littéralement collecté des millions d’euros pour le soutien des Jemmiens en Inde.

Miranda Tollenaar a partagé ses souvenirs d’adolescencelors des premiers spectacles de King’s Kids au ‘s Heerenhof qui a abouti à la création d’un réseau national de ministères de proximité, destinés aux enfants dans les églises. Romkje a rappelé la toute première réunion qui s’est tenue dans l’ancienne blanchisserie, la journée de rapport des premières missions d’été de Heidebeek, en 1979, avec des équipes partageant des histoires du Maroc, de la Pologne, de l’Italie et de la Belgique – la première de tant de journées de rapport de missions d’été et de missions d’Ecoles de formation de disciples sur quatre décennies.

Parmi les orateurs au ‘s Heerenhof figuraient Derek Prince et Michael Harper, qui ont pris la parole à des Conférences de Leaders et des Predikanten Dagen (Journées de ministères), qui ont ouvert la voie à un courant évangéliqueau sein de l’Eglise protestante nationale traditionnelle toujours active de nos jours.

L’espace ne me permet pas de répertorier tout ce qui a débuté au Centrum ‘s Heerenhof pour allumer le feu ailleurs. Certains des premiers groupes Alpha et des cours de mariage aux Pays-Bas, organisés par l’église Holy Trinity Brompton de Londres, ont eu lieu au ‘s Heerenhof. Une chaîne nationale de librairies et un réseau national d’écoles évangéliques ont tous deux pris racine dans cet ancien bâtiment de blanchisserie.

Vraiment, les étincelles ont fusé !


À la semaine prochaine,

Laisser un commentaire

Inscrivez vous pour Pensee de la Semaine