L’Europe peut-elle être ressuscitée?

avril 21, 2003

« Christ est ressuscité! »
« Il est vraiment ressuscité ! »

Le week-end dernier, dans toute l’Europe, cette salutation pouvait être entendue dans presque toutes les langues européennes, alors que les Chrétiens se rassemblaient pour célébrer le point tournant de l’histoire.

Mais qu’est-ce que cette confession devrait signifier pour le futur de notre continent ?

Pour certains, peut-être, Pâques est simplement une célébration de ‘bons sentiments’ de météo plus chaude, de floraisons prometteuses et de canards qui s’accouplent – et un soulagement bienvenu après les affaires confuses en Irak.

Pour les Chrétiens penseurs, sans doute, la Résurrection est l’acte décisif de l’histoire, la promesse que le meilleur reste à venir, l’acompte d’un futur racheté, l’inversion créative de l’entropie de l’humanité.

La vie, la mort et la résurrection de Jésus sont le paradigme et le modèle pour toute l’histoire – pour les individus et pour le genre humain. Quelqu’un avait une fois plaisanté que la vie n’était rien d’autre qu’une condition transmise sexuellement et se terminant par la mort. Mais l’espoir chrétien est que la mort n’est pas la fin. La mort, elle-même, se termine par la résurrection ! L’espoir chrétien est l’espoir de la résurrection.

Les scientifiques s’appuyant sur la philosophie des Lumières avaient l’habitude de se moquer de la notion chrétienne ‘naïve’ de la résurrection. Les scientifiques quantiques retiennent désormais respectueusement leur jugement, réalisant que plus ils en découvrent, moins ils en savent.

Mais bien que l’idée de la résurrection peut pourvoir un réconfort personnel lorsque nous nous approchons de notre propre visite de la Faucheuse, quelle différence a-t-elle pour notre compréhension de notre vie quotidienne ? pour notre attente du futur de notre voisinage ? de notre ville ? de notre pays ? de l’Europe ?

Cette semaine, j’enseigne sur le passé, le présent et l’avenir de l’Europe dans la nouvelle Ecole des humanités et de la science de Heidebeek. Bien qu’il est parfaitement vrai que la tradition chrétienne a été le facteur le plus dominant dans le façonnement de la civilisation européenne, je suis frappé par le vide créé lorsque l’espoir de la résurrection n’est exclusivement reporté que pour l’avenir distant.

Dans les visions catholiques, orthodoxes et luthériennes, les rois et les empereurs avaient le contrôle de ce monde tandis que l’Eglise était la gardienne du monde suivant. Par conséquent, il y avait peu de vision pour la transformation ici et maintenant. Le clergé avait reçu un rôle privilégié dans la société, parfois appelé le Premier Domaine, tant qu’il respectait la division des pouvoirs. Par conséquent, la plupart de l’histoire européenne que nous avons appris à l’école était l’histoire du transfert de pouvoir d’un groupe à l’autre. Et l’Eglise a trop souvent joué le rôle d’aumônier pour ceux qui étaient au pouvoir.

Calvin voyait cela différemment. Il comprenait l’espoir de la résurrection comme étant la raison d’être de la mission chrétienne dans le monde. La vocation chrétienne (l’appel) était de façonner le présent à la lumière du futur.

Jürgen Moltmann dit ceci : « le Christianisme… est espoir, regarder en avant et avancer, révolutionner et transformer le présent. » L’espoir de la résurrection, dit-il, est « la lueur qui imprègne tout, ici, à l’aube d’un nouveau jour attendu. Car la foi chrétienne vit sur base de la résurrection du Christ crucifié, et tend vers les promesses de l’avenir universel de Christ. »

Dans son œuvre classique ‘Théologie de l’espérance’, Moltmann se lamente que « l’eschatologie » en est venu à signifier la doctrine des dernières choses, de la fin, des événements qui s’introduiraient dans ce monde en provenance de quelque part au-delà de l’histoire. La foi chrétienne a trop souvent exclu de sa vie l’espoir de l’avenir sur base duquel elle avait été maintenue et a trop souvent relégué l’avenir à l’au-delà. L’espoir a émigré de l’Eglise.

Mais l’eschatologie est au sujet de l’espoir, des nouveaux commencements, écrit-il, l’implication de la résurrection et l’avenir du Seigneur ressuscité. Cela concerne l’espoir des actions de Dieu dans l’avenir.

En langage simple, cela signifie que nous ne devrions pas simplement tourner nos pouces en attendant que la fin vienne, que les choses apocalyptiques se produisent. Nous ne devrions pas non plus succomber au pessimisme face à la participation en déclin dans les Eglises et le rejet apparent du Christianisme par beaucoup d’Européens.

Parce que nous voyons des signes du régime de Dieu, de son royaume, qui percent maintenant dans le (dés)ordre présent,  l’espoir de la résurrection nous attisera à ‘nous attendre de grandes choses de Dieu, et à essayer de grandes choses pour Dieu’, selon la célèbre phrase de William Carey.

La Résurrection était totalement inattendue par les disciples. Les actions de Dieu de l’espoir de résurrection dans l’histoire sont venues en des temps inattendus depuis des coins inattendus. Il n’y a aucune raison de croire qu’il en a déjà terminé avec l’Europe. Il est encore le Dieu de l’inattendu.

Jésus est réellement ressuscité il y a près de 2.000 ans. Par conséquent, nous pouvons avoir de l’espoir pour une résurrection des plans de Dieu dans l’Europe d’aujourd’hui. Mais cela exigera de notre part, en tant que peuple de Dieu, de vivre quotidiennement à la lumière de l’espoir de la résurrection – toute l’année.


À la semaine prochaine,

Laisser un commentaire

Inscrivez vous pour Pensee de la Semaine