Rêveurs et réfugiés

juillet 10, 2017

Depuis que Joseph et Marie ont dû fuir en Egypte avec leur enfant nouveau-néles réfugiés religieux ont joué des rôles clés dans l’histoire chrétienne. Les premiers chrétiens fuyant Jérusalem pour échapper à la persécution, plantèrent la première congrégation païenne à Antioche.

En 1722, des immigrants religieux illégaux s’installèrent dans le village où nous nous sommes arrêtés ce week-end durant notre Tour de l’Héritage continental. Ils avaient survécu aux dangereux passages de frontières depuis la Bohême et la Moravie (la République Tchèque d’aujourd’hui) vers la Saxe voisine, près de la frontière germano-polonaise actuelle.

Ce modeste village que les réfugiés appelaient Herrnhut était destiné à devenir un catalyseur majeur pour le mouvement missionnaire protestant, inspirant d’autres personnes qui ont écrit l’Histoire, comme John Wesley et William Carey. Les aventures missionnaires herrnhuttiennes audacieuses et vastes, aux Caraïbes, au Groenland, en Afrique, en Inde et en Amérique du Nord, au début du 18ème siècle, contrastaient fortement avec le manque général de vision ou d’activité missionnaire dans les milieux protestants. En 1760, lorsque leur patron et leader, le Comte Zinzendorf décéda, quelque 260 missionnaires ont quitté Herrnhut pour les régions les plus reculées du monde, inspirés par les premiers réfugiés installés et leurs enfants.

En tant que jeune prêtre anglican à peine consacré, Wesley rencontra pour la première fois ces missionnaires moraves à bord d’un voilier naviguant vers la colonie nord-américaine de Géorgie, lorsque le bateau traversa une forte tempête. Wesley était terrifié par une possible noyade et fut frappé par la foi calme de ces autres passagers qui lui dirent simplement : ‘Frère, nos temps sont dans ses mains.’ Finalement, le futur revivaliste allait arriver à la même foi personnelle après d’autres contacts avec les Moraves, aussi bien en Géorgie qu’à son retour à Londres. En 1739, Wesley visita lui-même Herrnhut, écrivant dans son journal que ‘ces Moraves sont les meilleurs chrétiens du monde – après les Anglicans’.

Quelque 50 ans plus tard, Carey mit au défi ses camarades pasteurs baptistes de suivre le modèle apostolique établi par les missionnaires moraves. Cette exhortation mena directement à la naissance de la Société missionnaire baptiste, et ensuite à d’autres missions confessionnelles.

Graines cachées

Au début de la semaine dernière, nous avons visité la tombe de Jan Amos Comenius à Naarden, près d’Amsterdam, où le pédagogue tchèque a vécu la dernière décennie de sa vie, également en tant que réfugié religieux. Ici à Herrnhut, nous avons pu en entendre plus sur son histoire, en tant que dernier évêque de l’ancienne église morave, fondée par les disciples du réformateur tchèque Jan Hus. Comenius aussi avait dirigé un groupe de réfugiés illégaux de l’autre côté de la frontière, depuis la Moravie jusqu’en Pologne, s’arrêtant pour prier afin que Dieu veille sur la graine cachée dans ce pays qui un jour porterait du fruit pour bénir le monde.

Herrnhut était clairement une réponse à cette prière.

Dans la Grosser Saal d’Herrnhut peinte en blanc, ou le sanctuaire de l’église, le culte du dimanche matin a vu un certain nombre de Moraves, en visite depuis l’Amérique du Nord, occuper les traditionnels bancs en bois blanc. Ils représentaient quelque 1.600 églises moraves actuelles dans plus de 35 pays, avec plus d’un million de membres, tous des descendants spirituels de cette bande de survivants dispersés qui coupèrent des arbres pour construire les premières maisons de Herrnhut, il y a près de 300 ans.

L’orateur invité, un professeur morave et guide des visiteurs américains, méditait dans son sermon au sujet des deux Joseph de la Bible. Tous deux étaient des ‘rêveurs’ et des ‘réfugiés’. Dans les deux cas, Dieu accomplissait son but souverain d’une manière étrangère au raisonnement humain.

Dieu œuvre avec un agenda différent. Il utilise souvent des détours. Il n’est pas pressé. Il utilisera pour le bien ce que Satan entend pour le mal. Joseph rêvait de régner sur ses frères, mais c’est seulement après l’expérience pénible de trafic d’êtres humains et d’emprisonnement injuste que son rêve fût accompli – à travers les rêves de Pharaon.

Zinzendorf lui-même avait des rêves qu’il espérait voir s’accomplir au travers des luthériens. Mais Dieu choisit des immigrants clandestins pour être les instruments afin que ses rêves se concrétisent.

La main de Dieu 

Il est parfois difficile de voir la main de Dieu dans les événements mondiaux. Ce week-end, un ami écrivait depuis le Moyen-Orient : « Il y a tant de chaos dans le monde que je crois que je ne peux pas traiter cela mentalement, spirituellement ou émotionnellement. »

« Les élections américaines dramatiques et dénigrantes de l’année dernière, les fausses informations, la politique identitaire, la culture ‘selfie’ narcissique. Les barils explosifs incroyablement sauvages, les attaques suicides, les boucliers humains, la guerre chimique, les bombes improvisées au bord de la route, les tueries et les mutilations aléatoires de centaines d’enfants, de femmes et d’hommes chaque jour à Alep, Damas, Kaboul, Bagdad, etc. etc. … Des milliers et des milliers de chrétiens et de femmes et d’enfants yézidis TOUJOURS disparus en Syrie et en Irak. »

« Pendant ce temps-là, des milliers de réfugiés se noient pendant la traversée depuis l’Afrique du Nord et la Turquie vers la Grèce et l’Italie, juste sous nos yeux, essayant d’échapper au djihad, au chaos politique, à l’extrême pauvreté et au désespoir, en Syrie, en Irak et en Afrique. »

Et pourtant, d’une manière ou d’une autre, Dieu utilisera pour le bien ce que Satan entend pour le mal. Il œuvre selon un agenda différent. Il est toujours souverain.

 


À la semaine prochaine,

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Inscrivez vous pour Pensee de la Semaine