Après la résurrection

avril 13, 2015

Où Jésus passa exactement après sa résurrection et avant son ascension n’est pas expliqué dans les évangiles. Deux de ses auteurs sont pourtant clairs quant à ses apparitions aux disciples durant cette période de quarante jours du calendrier de l’église dans laquelle nous nous trouvons en ce moment.

Tandis que Matthieu et Marc finissent leur Evangile de manière très abrupte après la résurrection, ajoutant la grande Mission presque comme un post-scriptum, Luc et Jean ajoutent des chapitres entiers aux histoires de la post-résurrection. Luc nous parle de la rencontre de Jésus ressuscité avec deux disciples découragés retournant chez eux à Emmaüs ; et de son apparition aux disciples rassemblés à Jérusalem, suivi de son ascension près de Béthanie.

Jean nous donne des récits terre à terre, d’abord de l’apparition de Jésus à Marie Madeleine, qui le confondit avec le jardinier ; et aussi de la confession d’un Thomas doutant de Jésus non seulement comme Seigneur, mais aussi comme Dieu (Jean 20:28).

La troisième apparition relatée par Jean se produit après que Pierre, Thomas, Nathanaël et deux autres aient vécu une nuit de pêche infructueuse. Jésus apparaît à l’aube, leur disant de jeter les filets de l’autre côté pour une prise miraculeuse et prépare ensuite le petit-déjeuner, pour eux, sur le rivage. Ces passages sont remarquables pour leurs traits familiers de l’erreur humaine ‘de ce bas-monde’, du doute rationnel, des travaux communs et du poisson frit sur la plage.

Premier crédo

Quand Paul écrit aux Corinthiens à propos de la résurrection (1 Cor. 15), il cite ce que les érudits estiment être sans doute le premier crédo développé par l’église primitive, dans la première décennie après l’événement : comment Jésus est apparu à Pierre, aux Douze, à plus de cinq cents disciples, à Jacques et à tous les apôtres (v. 3-7). Paul ajoute ensuite son propre nom à la liste de ceux qui ont rencontré Jésus ressuscité.

Le passage d’introduction de Luc dans le livre des Actes des Apôtres m’a toujours intrigué. Après avoir souffert, écrit-il au chapitre 1 verset 3, il se présenta à eux vivant et leur en donna de nombreuses preuves : pendant quarante jours, il se montra à eux et parla de ce qui concerne le royaume de Dieu. N’auriez-vous pas voulu être une mouche sur le mur ? J’aurais aimé connaître plus en détail de quoi il leur parla. Quel aurait bien pu être le sujet de conversation le plus important avec les disciples avant de les laisser à leur tâche ?

Il y a quelques temps, j’ai participé à un séminaire au sujet de l’Eglise Orthodoxe éthiopienne. À mon grand étonnement, j’ai entendu dire que cette église possédait des écrits mentionnant ce dont Jésus a parlé avec les disciples, comme Luc l’écrit en Actes 1. Je me suis redressé sur ma chaise. Ceci était ce que j’avais toujours voulu savoir. Je me demandais comment cette information importante avait échappé à l’église occidentale. Ce que Jésus expliqua aux disciples, révéla l’orateur, était les rituels à tenir durant la liturgie d’église, quelles robes porter et quels ustensiles utiliser.

« Ouais, bon ! », pensais-je dans un mélange de déception et d’incrédulité.

Thème central

Bien sûr, Luc nous dit de quoi il a parlé: le royaume de Dieu. Cela ne devrait pas vraiment nous surprendre. Après tout, c’est de cette manière que Jésus débuta son ministère, appelant les gens à se repentir, car le royaume de Dieu était proche. Le Sermon sur la Montagne développa un peu plus ce thème : Bénis soient les pauvres en esprit ; car ils hériteront le royaume ; Priez ‘Que ton règne vienne’ ; Cherchez d’abord le royaume de Dieu…

Jésus raconta ensuite différentes histoires, en commençant par ‘le royaume de Dieu est semblable à…’. Il délivra la grande Mission en disant de porter l’Evangile du Royaume à tous les peuples, partout dans le monde (Matt.24:14). Tout au long de son ministère, c’était le sujet sur lequel il revenait constamment. Donc, pour conclure son ministère terrestre, nous devrions nous attendre à ce qu’il rappelle ses disciples à ce thème central.

Qu’est ce que cela signifie pour nous de prier pour que le royaume de Dieu vienne en Europe aujourd’hui ? Ceci devrait être aussi notre thème central. Cela devrait façonner notre vision du genre d’Europe que Dieu veut, une Europe où le shalom ou le bon ordre des choses règne dans l’économie, la politique, la société, et même l’environnement. Jésus veut toujours exprimer sa vie de résurrection dans des formes plus terre à terre que jamais. Venez explorer ces thèmes avec les politiciens et les économistes, entre autres, au State of Europe Forum à Riga, les 8 et 9 mai prochains.

 


À la semaine prochaine,

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Inscrivez vous pour Pensee de la Semaine