Des ponts de compréhension

juin 1, 2015

Vous pourriez le confondre avec Gandalf, avec sa longue barbe grise et ses habits de prêtre. Et vous pourriez facilement le voir au milieu de magiciens, de voyants, de diseurs de bonne aventure et de chercheurs spirituels, dans des foires et festivals ésotériques.

Mais Ole Skjerbæk Madsen est en réalité un prêtre luthérien servant dans l’Eglise de Bethléem de Copenhague, au Danemark. Depuis vingt ans, il dirige un ministère appelé Dans la lumière du maître (IML), construisant des ponts d’amitié et de compréhension et créant des communautés de disciples de Jésus auprès des chercheurs spirituels. A mon avis, Ole est un prophète et un pionnier. Il explore un des terrains les plus mûrs pour la mission en Europe aujourd’hui, où pourtant trop peu osent s’engager. Ce week-end, j’ai eu le privilège de parler dans l’église d’Ole et de participer à l’anniversaire d’IML, qui débuta en 1995, après une crise spirituelle au cours de laquelle il vit à quel point son approche, envers ceux impliqués dans les nouvelles spiritualités (NS), était stérile et contreproductive. Avec une image négative des NS, il avait l’habitude de prévenir les autres de ne pas se laisser piéger par des démons, en s’associant à de nouvelles religions et pratiques spirituelles. Ensuite, il commença à voir que les nouveaux mouvements religieux reflétaient les lacunes de l’Eglise, c’est-à-dire un manque d’orientation spirituelle, de vie de communauté profonde, de pratiques spirituelles et de ministères de guérison.

Question lancinante

En 1985, le mouvement du Nouvel Âge tint sa première foire ésotérique à Copenhague. Quelques 15.000 personnes furent attirées par les stands présentant des expressions de style de vie et de spiritualité alternatifs, comprenant la réflexologie, l’acuponcture, la médecine et la guérison alternatives, le yoga, les méditations orientales, la néo-théosophie, la thérapie de réincarnation, les cristaux, le channelling et la clairvoyance. L’atmosphère de renouveau était partout, se rappelle Ole, et pourtant sans Jésus-Christ au centre. Comme il le décrit, cela le terrifiait de penser au nombre de personnes pouvant être induites en erreur spirituellement ou blessées psychologiquement. Pourtant, la question qui l’obsédait le plus était : pourquoi l’Eglise n’était-elle pas présente sur la place publique, comme Saint-Paul l’était à l’Aréopage ?

Ole et d’autres luthériens reçurent la permission, l’année suivante, de tenir un stand présentant Jésus comme le convoyeur du nouvel âge et de la nouvelle vie. « Mais nous étions à la foire en tant que propagandistes, et donc avions des confrontations au lieu de dialogues », explique-t-il. « La plupart des discussions étaient centrées autour de la question de la réincarnation par rapport à la résurrection. Personne ne rencontra Jésus de cette manière-là. Mon but était de prouver la fausseté du Nouvel Âge. Mais lorsque Jésus me montra sa préoccupation pour ces chercheurs spirituels et sa reconnaissance envers la sincérité et le dévouement de leur recherche, je commençai à rencontrer les praticiens et les chercheurs dans les milieux néo-spirituels, les voyants comme des disciples potentiels de Jésus et comme des amis. » Ole et ses collègues ont appris à ne pas se présenter eux-mêmes en opposition aux autres exposants, mais simplement à être eux-mêmes, tout en présentant leur propre pratique spirituelle. Ils invitaient leurs visiteurs à participer à différentes formes de dévotion, telles que la lecture de la Parole, suivie d’une petite méditation et d’une prière, un temps de chants de louange charismatique, d’une prière de midi chantée en chant grégorien, ou une introduction à la prière orthodoxe orientale de Jésus. Les gens venaient au stand en masse, bloquant même les allées. Le ministère de prière eut un tel succès, même auprès des autres exposants, que tout leur temps était pris par des conversations profondes, des confessions et des débuts de direction spirituelle.

Soin de l’âme

Depuis 1995, IML s’est développé dans un ministère plus large avec le but d’être une communauté de disciples de Jésus dans les nouveaux milieux spirituels. Chaque année, IML est présent dans plusieurs foires alternatives, priant pour environ 1500 visiteurs ou exposants. Par la prière, beaucoup reçoivent une compréhension personnelle de Dieu, le voyant avec le visage de Jésus au lieu d’un simple concept énergétique impersonnel. IML est accepté comme faisant partie du monde de ces foires, et leur caractère chrétien spécifique est reconnu et respecté. Le fait de suivre les mêmes exposants de foire en foire permet à Ole et ses collègues de leur offrir un véritable soin de l’âme. Les séminaires, ateliers et rencontres dévotionnelles, et même les services de communion, dans les foires sont généralement bien reçus, spécialement ceux du tarot, la cabale et la spiritualité chrétienne ou encore le mysticisme. La mention des cartes de tarot peut faire froncer les sourcils. Pourtant, Ole a développé des méditations guidées enseignant des vérités bibliques à travers les symboles d’un jeu de tarot et de l’Arbre de vie cabalistique. Lui et son équipe font parfois des concerts de deux heures de méditation de tarot, où les participants tirent des cartes et où des musiciens jouent de la musique associée, pendant qu’Ole explique, au travers des cartes, des vérités à propos de Dieu, de Jésus, de l’homme et du salut. Ole est membre du groupe de travail du Mouvement de Lausanne sur les nouveaux mouvements religieux et a contribué à l’écriture d’un document significatif préconisant un passage d’un ministère de confrontation vers un ministère d’incarnation. Je suis personnellement reconnaissant envers Ole pour son travail révolutionnaire et ai été béni en m’engageant avec lui à Bâle, Budapest, Sheffield, Amsterdam et Copenhague. L’Europe a besoin de beaucoup plus de personnes pour suivre la voie qu’il a montrée.

 


À la semaine prochaine,

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Inscrivez vous pour Pensee de la Semaine