Envie de crier

septembre 23, 2015

L’image iconique d’Edvard Munch, Le Cri, peint en quatre versions différentes, entre 1893 et 1910, a pris un sens plus profond pour moi cette semaine. Un ami très proche, Albert Hoekstra, s’est noyé au Sri Lanka alors qu’il nageait en mer, après avoir enseigné lors d’un séminaire. Nous l’avons enterré ce mercredi.

Lors des funérailles, le pasteur d’Albert, Richard Vervoorn, projeta la peinture de Munch sur le mur de l’église. Nous pouvions tous nous identifier à  l’émotion de la peinture que nous avions aussi ressentie lorsque nous avons entendu la nouvelle. Choc. Déni. Incrédulité. Chagrin. Perte. Un cri était la réponse appropriée.

Albert avait tant de projets. Il venait juste d’avoir 60 ans et avait encore tant à vivre et à donner. Il allait commencer son doctorat. Il avait des billets d’avions réservés pour aller parler en Afrique du Sud et dans d’autres pays. Nous avons passé une journée ensemble, le mois dernier, sur un bateau le long des côtes norvégiennes. Comment pouvait-il avoir disparu aussi subitement? Je m’attends encore, presque, à le voir passer la porte.

Quelle ironie, comme me le fit remarquer sa fille. Alors qu’elle pouvait être autant impliquée, dans ses pensées, avec les réfugiés se noyant dans la Méditerranée, son propre père se noie juste après! Cela arrive très près de chez nous.

Nous entendons et ressentons le cri lorsqu’un être cher se noie ou meurt d’une autre manière. Mais qu’en est-il des cris des noyés ayant tenté de traverser la Méditerranée? Ou bien des 8 millions de Syriens déplacés, pris au piège sur leur propre terre, entre le régime, les rebelles et les extrémistes religieux? Ou bien des 4 millions de sans-abri syriens dans des camps de fortune en Turquie, en Jordanie et  au Liban ? Ou encore des 250.000 Syriens ‘chanceux’ ayant atteint l’Europe, seulement pour se faire matraquer par les douaniers macédoniens ou se faire arroser à la lance à incendie par les douaniers hongrois ?

Habitués à la souffrance

Beaucoup pourraient se demander où est Dieu dans un monde criant à l’injustice, pour les nécessités de base de la vie,  pour un nouveau départ, pour la paix, pour un abri et pour le respect des droits de l’homme? Le Pasteur Richard posa cette question aux funérailles, par rapport à la mort d’Albert. Il y a tant de choses que nous ne comprenons pas; pourquoi Dieu permet-il que certaines choses se produisent? Nous vivons dans un monde déchu, un monde qui n’est pas ce que Dieu avait prévu d’être. Des mauvaises choses se produisent. Mais ceci n’est pas le mot final.

La création elle-même, nous dit-on, gémit, dans l’attente d’être libérée de sa déchéance. Un jour, tout sera remis en ordre. Et Dieu entend vraiment les pleurs et les cris. Il a entendu les pleurs des Israélites en esclavage en Egypte. Il n’est pas un Dieu qui reste insensible à la souffrance. Il est venu et a souffert au milieu de nous, devenant ‘un homme de peine, habitué à la souffrance…’.

La réponse de Dieu, aux cris des Israélites, a été d’envoyer un agent humain. Ceci est toujours sa réponse principale. Ceci est notre heure, Europe. Mais, tout comme Moïse, nous cherchons des excuses. Est-ce que ceci ne signifie-t-il pas perdre notre héritage chrétien? (ou ce qu’il en reste). L’Europe ne sera-t-elle pas envahie par les Musulmans si nous ouvrons les portes? Le taux de criminalité ne va-t-il pas monter en flèche si nous permettons à tous ces réfugiés, avec leurs cultures différentes, d’entrer?

S’il vous plait, prenez six minutes afin de regarder la vidéo du HCNUR (Haut-Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés) ci-dessous. C’est la meilleure explication que j’ai pu trouver sur la situation actuelle. Elle aborde les peurs que beaucoup expriment dans les médias sociaux. Nous écrivons l’histoire maintenant, dit le script. Comment voulons-nous qu’on se souvienne de nous? En tant que xénophobes ou lâches riches derrière de hautes barrières?

‘Marre’

Un lecteur se considérant comme  ‘un chrétien sérieux’, a répondu à un de mes messages, en disant qu’il en avait marre de ces ‘arguments irresponsables, émotifs et bon marché ‘pour accueillir les réfugiés. Il proposa que les gouvernements devraient agir comme ‘de bons samaritains préventifs’ (c’est-à-dire ‘s’assurer que leurs propres citoyens, pour lesquels ils sont principalement responsables par-dessus tout, n’encourent pas les risques incontrôlables d’être tabassés’. Oui, les gouvernements ont une responsabilité de protéger leurs propres citoyens. Mais de là, à lire ceci dans le contexte de l’histoire du bon samaritain est totalement passer à côté de l’essentiel de ce que Jésus voulait apporter: de ne pas seulement prendre soin des nôtres mais aussi de quiconque est dans le besoin.

« Jésus a dit: ‘aimez vos ennemis’ mais, il n’a jamais voulu nous dire d’aimer ceux qui (veulent) nous violer ou nous tuer, » écrivait mon interlocuteur. « Ce n’est pas notre ennemi, mais un tueur impitoyable ou un violeur. » Si c’est ce que vous pensez des réfugiés, regardez cet entretien de la BBC de Noujain Mustaffa, une adolescente syrienne de 16 ans, invalide, essayant de traverser la Croatie, afin d’atteindre l’Allemagne, où se trouve son frère. Joni Tada Eareckson, porte-parole des invalides, a envoyé ce lien qu’elle a trouvé après s’être demandée comment les réfugiés syriens et irakiens, invalides ou plus âgés, faisaient face. Elle nous a demandé de la partager avec nos amis et de leur demander de prier pour les milliers de gens invalides,comme elle, qui sont déplacés de leurs maisons.

L’afflux soudain de réfugiés nous a tous pris au dépourvu. Cela nous a mis en test. Nous devons réaliser combien nous sommes aisés en Europe, en comparaison avec le Moyen-Orient et les nations africaines, et (nous) devons comprendre qu’à ceux à qui beaucoup a été donné, beaucoup leur sera demandé.  J’ai entendu un représentant du gouvernement néerlandais annoncer à la radio que les Pays-Bas avaient presque atteint leur capacité pour recevoir des réfugiés. Alors, pourquoi devrions-nous nous attendre à ce que la Grèce, parmi toutes les nations, doive supporter un plus grand poids? Ou la Jordanie ou le Liban? Oserait-il répéter de telles absurdités après avoir regardé cette vidéo?

 

Ce genre d’attitude me donne envie de crier!

 


À la semaine prochaine,

Laisser un commentaire

Inscrivez vous pour Pensee de la Semaine