Le modèle d’Oslo

juin 29, 2015

Vladimir Poutine doit se sentir conforté dans son portrait de l’Amérique et de l’Europe ‘décadentes’ et ‘en désintégration après les événements dramatiques de cette semaine : la décision de la Court Suprême américaine sur le mariage homosexuel et la menace Grexit. Malgré la tentation de ‘changer la première page’ (les ramifications seront avec nous pour un loooooong moment), je me limiterai à citer l’opinion contestataire du juge Alito qui croit que la décision de la court diminue son prestige : ‘Si une faible majorité de juges peut inventer un nouveau droit et imposer ce droit au reste du pays, la seule réelle limite de ce que les majorités futures seront capables de faire sera leur propre sens de ce que ceux possédant le pouvoir politique et l’influence culturelle seront prêt à tolérer. Même les défenseurs enthousiastes du mariage homosexuel devraient s’inquiéter du but du pouvoir que la majorité d’aujourd’hui revendique.’

Imaginez un réseau de 70 étudiants et jeunes professionnels vivant dans des maisons et appartements, en communauté, dans des quartiers déshérités, participant à des programmes de disciples orientés vers l’engagement dans la société.

De plus, deux cents jeunes entrepreneurs, juristes, journalistes, politiciens, fonctionnaires, académiciens, éducateurs et travailleurs de la santé se rencontrent chaque lundi soir dans un groupe d’étude engagé à couvrir la Bible entière en deux ans. Un modèle de transformation urbaine émerge à Oslo, comblant le fossé entre parler et accomplir l’incarnation de l’Evangile sur la place publique. Alors qu’une tension est souvent expérimentée dans les communautés de formation de JEM entre l’enseignement à propos de la seigneurie de Christ sur toutes les sphères de la vie et l’engagement à proprement parler, cette expérience, dirigée par des jeunes Jemiens norvégiens, semble rencontrer les besoins des jeunes professionnels recherchant une application pratique de leur foi dans leur appel. Parmi eux, beaucoup ressentent que leurs églises, centrées sur leurs propres programmes, sont incapables de les soutenir et de les stimuler dans leur travail. Ces groupes d’amitiés cherchent, quant à eux, à équiper spécifiquement leurs membres pour un engagement dans la vie publique.

Entrepreneurs sociaux

Joachim Magnus, fils de l’ancien leader de JEM Norvège, Alv Magnus, et Hermund Haaland, fondateur du groupe de réflexion Skaperkraft, sont deux des initiateurs de ce projet. La semaine dernière, j’ai rencontré Hermund à Oslo pour parler de ce projet prometteur. Le groupe de réflexion est une partie d’une écologie d’organisations, d’activités et de relations ayant pour but de produire des ‘entrepreneurs sociaux’ influençant la société norvégienne dans tous les domaines. Skaperkraft est devenu un des trois groupes de réflexion les plus influents en Norvège, les deux autres servant les partis politiques de la droite libérale et de la gauche socialiste, avec des budgets huit fois plus grands. Hermund et ses collègues ont choisi de se concentrer sur trois problèmes clés : le trafic d’êtres humains, la réduction de l’usage des combustibles fossiles et la promotion de la conscience du rôle de la religion sur la place publique. Publier des articles réguliers dans la presse quotidienne fait partie de leur stratégie, afin de façonner la pensée de la nation, spécialement celle des politiciens et des preneurs de décision. Des publications, dans un format populaire et professionnel, comprennent des articles de chrétiens, musulmans et athées, tous abordant les mêmes problèmes avec des perspectives différentes. ‘Nous voulons créer un débat public plutôt que d’uniquement voir des chrétiens parler entre eux’, expliquait Hermund. Le rôle de l’innovation dans la création d’emploi et dans la construction de la nation était le thème d’une de ces publications, avec la contribution de créateurs de milliers de nouveaux emplois dans le transport, les banques, le marketing, les médias et les communications. Une autre publication, titrée ‘Gud er tilbake!’ (Dieu est de retour!), offrait une plateforme aux chrétiens et non-chrétiens, afin d’avoir une vision positive de la réémergence de la croyance religieuse dans les affaires publiques. Dans ‘Gud i Grunnloven’ (Dieu dans la constitution), des écrivains de milieux différents ont contribué aux chapitres explorant le rôle de la foi chrétienne dans la formation de la société, des lois et de la culture en Norvège.

Révolution spirituelle

Des cours de leadership pour jeunes leaders émergeants, de 19 à 26 ans, comprennent des cours écrits, des discussions interactives avec des innovateurs et des entrepreneurs, une étude sur les principes de leadership de Jésus, et des retraites en bateau (voir la photo). Le dernier chapitre du livre sur l’innovation raconte l’histoire de Hans Nielsen Hauge (1771-1824), un modèle clé d’inspiration du passé de la Norvège. Considéré par beaucoup comme le père de la Norvège moderne, il fit l’expérience d’un réveil spirituel personnel, le poussant à un ministère d’évangélisation remarquable, avec un impact large, provoquant son emprisonnement par les autorités menacées par les mouvements populaires durant les temps napoléoniens. Pourtant, son travail inspira l’innovation directe dans plusieurs domaines : l’impression et la publication, les moulins à grains, l’industrie du papier, les compagnies de transport, les usines de sels et de textiles, inspirées par la foi. Une révolution spirituelle s’est produite dans le passé. Hermund et ses amis veulent la voir se produire à nouveau.

À la semaine prochaine,

Jeff Fountain


À la semaine prochaine,

Une réponse à “Le modèle d’Oslo”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Inscrivez vous pour Pensee de la Semaine