Un nouveau départ

décembre 4, 2017

L’Avent a marqué un nouveau départ pour la race humaine.

Il y avait des signes (l’étoile de Bethléem, par exemple) et des miracles (la conception de Marie) et ceux qui observaient et attendaient, ont reconnu le moment (comme Siméon et Anne dans le temple). Pourtant, personne n’a vraiment compris ce que Dieu faisait. Cela allait encore prendre trente-trois ans pour se dévoiler.

L’Avent de cette année arrive à un moment d’un nouveau départ pour Romkje et moi-même, alors que nous chargeons aujourd’hui le camion de déménagement avec nos biens terrestres qui seront transportées demain à Amsterdam. Nous aussi expérimentons ceci comme un moment de Dieu, avec des ‘signes et des miracles’ (pas la moindre la mise à disposition d’un appartement dans le cœur de la ville, et sa rénovation en à peine six semaines). Mais nous ne sommes pas certains de comprendre pleinement ce que Dieu est en train de faire. Espérons que ceci se dévoilera dans les mois et années à venir, nous pourrons partager ainsi cette aventure avec vous.

Pendant ce temps, presque chaque pièce de notre maison est remplie de boîtes alors que nous courrons pour respecter les délais avec les déménageurs, d’où une brève pensée de la semaine aujourd’hui.

Permettez-moi de partager une pensée de notre ami et collègue de Jeunesse en Mission, le Dr John Hess, qui a partagé des réflexions quotidiennes de l’Avent durant les vingt dernières années.

Luc 1:1 « Plusieurs ayant entrepris de composer un récit des événements qui se sont accomplis parmi nous,… » Il y a deux manières de considérer le mot « accomplis ».

L’une est de mettre un terme ; l’autre est de mettre en œuvre et les deux semblent s’appliquer. Il y a, il est vrai, toutes les prophéties qui ont attiré l’attention vers la naissance de Jésus qui ont été accomplies, terminées.

Par ailleurs, l’accomplissement que Luc aborde marque un d’où, un commencement, une mise à l’œuvre de quelque chose de radicalement neuf – l’inclusion des peuples non-juifs dans l’histoire du salut de Dieu – qui est la plupart d’entre nous.

Se positionnant de ce côté-ci de cette histoire, ayant pris du sens à travers des gens comme Paul, (que le Dr Luc assiste), il est facile d’oublier combien les esprits de ceux qui étaient pris dans ce qui se passait autour d’eux, avaient des difficultés à s’en faire une idée claire. Pourtant, si Paul a pu renverser le monde en tant qu’accusé, c’était parce qu’il avait d’abord eu l’esprit chamboulé dans l’un de ces moments « je vois ».

Telle est la nature de la découverte ou de la révélation. Au seuil d’une découverte ou d’une révélation, il y a seulement un sentiment attirant de quelque chose promettant de se révéler mais aussi davantage de confusion, de difficultés et d’énigmes à comprendre. C’est un peu comme les photos de L’Oeil magique d’une masse incohérente de points colorés qui deviennent soudainement une image en 3 dimensions et l’exclamation joyeuse : « Oh, je vois ça !!! »

Que cette saison de l’Avent puisse contenir certains moments spéciaux « je vois ».


À la semaine prochaine,

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Inscrivez vous pour Pensee de la Semaine