Septante ans plus tard

juin 4, 2018

« Nous ne pouvons viser rien de moins que l’union de l’Europe dans son ensemble. »

Ces mots percutants – serions-nous sans doute surpris d’apprendre – furent prononcés par Sir Winston Churchill au Congrès de l’Europe, tenu à La Haye en mai 1948. Des représentants de plusieurs nations européennes occidentales s’étaient rencontrés dans la majestueuse Ridderzaal (le Hall des Chevaliers), datant du 13èmesiècle, afin d’explorer l’avenir de l’Europe. Cette conférence historique accéléra la création d’une Assemblée européenne (devenue ensuite le Conseil de l’Europe) et aida à façonner l’opinion publique vers l’unité européenne.

Septante ans plus tard, Piet Hein Donner, un vieil homme avisé de la politique néerlandaise, prit la parole lors du Sharing Europe Congress (le congrès « Partager l’Europe ») de deux journées auquel j’ai récemment assisté à La Haye, en commémoration de l’événement initial. Dans le même lieu prestigieux, le vice-président du Conseil d’Etat néerlandais réfléchissait sur l’état de l’Europe aujourd’hui, à la lumière du congrès initial.

Il commença par nous remémorer l’état désespéré de l’Europe après deux guerres mondiales en l’espace d’une durée de vie. « Des millions de personnes déplacées étaient sur le retour. La violence était encore endémique dans beaucoup d’endroits d’Europe. Toutes les nations européennes faisaient face à l’immense tâche de reconstruire la société sur les ruines de la guerre absolue. Et par dessus tout cela planait l’ombre d’un autre régime totalitaire menaçant d’engloutir l’Europe. »

« Deux ans plus tard, le sentiment de découragement était encore plus profond. Il y avait un sentiment croissant qu’encore une fois, la guerre serait inévitable. Une initiative audacieuse était nécessaire afin de briser le moule de la pensée nationale. L’accord de mettre les industries du charbon et de l’acier, les locomotives des économies nationales, sous une administration commune, a transformé une impasse à somme nulle en une dynamique à somme non-nulle. Ceci initia le miracle d’un continent profondément fracturé, agité par la méfiance, la haine et les souvenirs douloureux, se transformant en un espace ambitionnant la prospérité, la démocratie, la société ouverte et l’Etat de droit. »

Dés pipés

« Aujourd’hui, septante ans plus tard, notre situation matérielle s’est améliorée au-delà de ce qui était imaginable pour nos ancêtres, mais d’une certaine manière, nous somme tout autant confus qu’eux à l’époque. La longue période de paix, de prospérité, de croissance et d’expansion de l’Union européenne qui culmina lors des années après la chute du communisme, a tourné en dix ans de stagnation et de crises. Des secteurs grandissants de l’électorat se tournent vers les dés pipés du nationalisme, des frontières closes et des contrôles nationaux, qui se sont proliférés partout en Europe. »

« Le débat s’était faussement polarisé entre l’autonomie nationale et la coopération européenne » observait-il. « La souveraineté était un concept creux dans un monde où chaque Etat était dépendant des autres pour sa prospérité, sa sécurité et sa viabilité politique. Réaffirmer l’autonomie n’affecterait que négativement la capacité, autant de l’Union que de ses Etats membres, de faire face aux défis de la société moderne. Des Etats nationaux viables ne seraient pas le résultat ; mais plutôt, une impuissance générale et la marginalisation de tous les Etats européens » mettait-il en garde.

Peuples

« La société ouverte, la diversité culturelle et l’Etat de droit mêmes sont en jeu. Les intérêts économiques et les peurs des majorités populaires prendront rapidement la préséance sur les droits individuels, la diversité ethnique et les intérêts des minorités. Ces tendances ‘plus sombres’ dans la société ont été maîtrisées par les objectifs communs, la confiance mutuelle et les institutions communes de l’Etat de droit: les Cours européennes, les Chartes et l’ordre légal européen. Cependant, ceux-ci courent le risque d’être parmi les premières victimes si les Etats retournent à l’autonomie nationale. Même au Royaume-Uni, il semble que l’unique problème le plus important dans les négociations du Brexit soit comment fuir la juridiction de la Cour à Luxembourg. »

« L’essence de l’Europe, ce sont les peuples. L’Europe ne s’est pas réalisée par elle-même. L’Europe est une idée trop importante pour laisser le soin aux gouvernements et aux politiciens de la mettre en œuvre. Mais elle commence plutôt avec la reconnaissance à tous les niveaux de la société, que la coopération européenne ne fait pas partie du problème d’une restriction indésirable de la politique nationale, mais plutôt comme une partie de la solution aux nombreux défis auxquels nous faisons face dans une société moderne. »

« Mais les problèmes que nos pères affrontaient lorsqu’ils s’étaient rassemblés étaient encore plus intimidants – et ils n’avaient pas l’expérience rassurante de soixante ans de coopération fructueuse. Nos conditions matérielles se sont radicalement améliorées. Et alors que nos ancêtres ont du relever le défi de construire l’Europe dans un continent qui était détruit par la guerre et divisé par les fils barbelés, la haine et la méfiance, nous vivons dans un monde où nous profitons de soixante ans de confiance et de coopération paisible et où nous avons toutes les possibilités que nous voulons pour nous déplacer, rencontrer ceux que nous voulons et coopérer avec qui nous voulons. »

« Ceci est une base solide sur laquelle le futur de l’Europe peut être construit, » exhortait-il.


À la semaine prochaine,

Laisser un commentaire

Inscrivez vous pour Pensee de la Semaine